la vie derrière les décombres (Les Mureaux)

par

Au début de nos recherches et de nos films aux Mureaux, en 2011, les quartiers HLM de la ville étaient en cours de rénovation urbaine. Dans certains quartiers, comme La Vigne Blanche, où nous avons habité, les travaux venaient tout juste de commencer. Une première tour — la tour Molière — avait été abattue par implosion quelques mois plus tôt. De nombreuses autres démolitions, par « grignotage », s’annonçaient quant à elles pour les années à venir. Nous avons assisté à plusieurs réunions publiques dans le quartier. Elles étaient souvent houleuses car les habitants avaient le sentiment de ne pas être pris en compte, ni entendus, comme si tout se décidait sans eux. Un jour, une habitante exprima : « La chose qu’ils n’ont pas pris en compte, c’est qu’on est là, qu’on est vivant, qu’on respire encore ! »

Au fil des années, nous avons photographié et filmé la rénovation de ces quartiers, observant et errant dans les bâtiments vides et murés qui allaient être détruits, captant des images des démolitions. D’un autre côté, nous avons photographié et filmé la vie derrière ces décombres.

Dans le cadre du programme de rénovation urbaine, le Centre social de la Vigne blanche, installé depuis les années 1960 en cœur de quartier, allait être démoli et remplacé par un nouvel équipement qui n’aurait plus grand chose à voir avec un centre social. De nombreux habitants et responsables associatifs ont manifesté leur inquiétude, et parfois leur colère, vis-à-vis de la disparition de cet espace de proximité ainsi que de ses activités. Désireuse de ne pas le laisser disparaître dans le silence, l’équipe du centre a souhaité y organiser divers évènements et nous a proposé, ainsi qu’à d’autres habitants et associations du quartier, de monter un projet d’« occupation artistique » du bâtiment. Un peu dans l’urgence et avec cette nécessité de témoigner de la vie associée au centre, pendant plusieurs semaines, entre septembre et décembre 2014, nous avons recouvert les murs du centre avec des portraits d’habitants qui ont posé pour l’occasion et avec des photographies de scènes de vie quotidienne du quartier. Certaines de ces photographies sont reproduites ici.

Photo : Grégory Cohen & Manon Ott

L’intégralité de cet article est actuellement disponible dans l’édition imprimée de Vacarme 87. Pour vous procurer un exemplaire, Vacarme est disponible en librairies, en ligne et sur Cairn.info.