Vacarme 06 / brèves

du printemps dans l’automne

par

Paris. Fin septembre. Une place. Au milieu, une fontaine. Autour, des marronniers. Soleil, insistant : chaleur d’été, lumière d’au-tomne. Entre l’Hôtel des impôts, le commissariat de police, la mairie, un marronnier, légèrement à l’écart des autres. Un marronnier — indubitablement, c’en est un — dans un état un peu... inhabituel. Surprise. Quand on arrive, par la rue qui débouche sur la place, il est là. Vers le ciel il déploie, au milieu des feuilles rousses et jaunes, qui commencent à tomber, virevoltant vers les pavés à la poursuite de leur ombre dansante, des branches en fleurs, aux larges feuilles neuves. Soudain du printemps, absurde et sûr de lui, a jailli dans l’automne. L’automne. Les arbres lui sont dociles, ainsi qu’aux autres saisons... en saison. Celui-ci aussi, du reste, à sa façon, peu orthodoxe. Ordre ? Désordre ? Bizarrerie, sans doute. « Circulez, y a rien à voir », dit l’agent de police, inquiet (on ne sait jamais ! Trop de terroristes !) de ma (trop) longue station le nez en l’air en face de l’arbre intempestif.

Pourtant, si. Il y a quelque chose à voir. Mais quoi, au juste ?

Jolie rencontre, cet arbre tourneboulé au coin d’une rue ; excitante. Je la relate. « Tiens, un arbre schizophrène ! », dit celui-ci. « Il ne sait plus où il en est, cet arbre ! », renchérit celui-là. « Même les arbres ont le droit d’aller mal ! (et toc !) », triomphe celle-ci. « Mais non, il va très bien ! », opine sa voisine. « Peut-être est-il amoureux ? », suggère une autre, « ou alors rêve-t-il éveillé ? » « Il est pressé ; ou nostalgique ? », se demandent certains. « N’as-tu pas fumé un peu ? », interroge une sceptique. Car, décidément, ce n’est pas possible, cette histoire. C’est à dormir debout. Bon. On interprète l’arbre, beaucoup. Dans un sens, dans un autre. Il ne laisse pas indifférent.

Devant son extravagance, nos yeux n’oublient pas l’actualité de la saison. Car figurez-vous la même vision, mais au printemps : que parmi les branches fleuries, l’automne intervienne sans crier gare... Brrr !

Aujourd’hui. Paris. Septembre aux bords d’octobre. Un arbre déboussolé ? Un peu speedé ? Fou ? Amoureux ? Amoureux fou ? ANORMAL ! Il gonfle le regard et le corps et le cœur, de gratitude et de gaieté. L’hiver viendra bien assez tôt. Le pire est toujours sûr. Mais l’improbable est souvent meilleur...