Vacarme 15

printemps 2001

Vacarme 15

Acheter

10,00 EUR

À nos lectrices et lecteurs

Ce numéro, Vacarme 15 (printemps 2001), est désormais archivé et tous ses articles sont accessibles dans leur intégralité. Vacarme aime la gratuité, mais une revue existe grâce à ces abonné·es. Abonnez-vous.

Un lieu

six jours en Israël

six jours en israël

par

Le dossier qui suit est officiellement le résultat de six jours passés fin décembre 2000 en Israël, à toute fin de l’interroger sur ses marges, c’est-à-dire en dehors des grands partis de gouvernement (travaillistes et Likoud). Six jours, ce n’est rien du tout. Tout juste le temps de rencontrer quelques personnes, certaines éblouissantes, mais toutes à peine représentatives d’elles-mêmes, et parmi elles aucun arabe israëlien, aucun Palestinien des territoires occupés, aucun Russe. Vous trouverez (...) Lire 

l’ouvert et le fermé

par

C’est une banalité, mais elle vous ressaisit dès que vous mettez le pied sur le sol d’Israël : la société israélienne apparaît d’emblée comme invraisemblablement ouverte et invraisemblablement fermée.
Ouverture par la diversité de sa population : sépharades, ashkénazes de type oriental, ou nordique, sabra (nés en Palestine avant 1948), Russes, Éthiopiens. Ouverture par ses contrastes sociologiques : d’une rue à l’autre, on passe des religieux barbus aux bourgeois bohêmes, du Tiers-Monde au 51ème État (...) Lire 

Geneviève Berkeley, enseignante au camp de réfugiés palestiniens de Qalendaya

par

Geneviève est une amie gréco-canadienne. Depuis octobre, après deux ans au Liban, elle est chargée par l’UNRWA (l’agence des Nations Unies pour l’aide aux réfugiés en Cisjordanie) de la formation des institutrices palestiniennes du camp de Qalendaya, en Cisjordanie, entre Jérusalem et Ramallah. Plus tard, dans un restaurant juif de Jaffa donnant sur toute la baie de Tel-Aviv, elle éclatera en larmes : « Mais ce n’est pas possible, comment peuvent-ils vivre comme ça, comme si de rien n’était ? À 80 (...) Lire 

Yasmine Halevy, éditrice, sensibilité d’extrême-gauche

par

Jeune femme de trente ans, extrêmement hospitalière et drôle dès que la défiance fut rompue, Yasmine est éditrice, au sens anglo-saxon du terme, spécialisée dans la traduction en hébreu de littérature française. Elle revenait d’un voyage en Cisjordanie où elle était allée apporter, dans un convoi d’une vingtaine de voitures, une aide alimentaire et médicale à un village palestinien près de Naplouse. Elle n’appartient à aucune organisation particulière, mais participe régulièrement à de telles actions.
« Je (...) Lire 

Yehouda Moralli, metteur en scène, enseignant, colon

par

Yehouda Moralli, anciennement Bernard Moralli, est un juif d’Algérie qui a fait Techouva (retour à la religion) et est venu s’installer dans un Yishouv (colonie) de l’aristocratie religieuse, Shalun Avouhot. À 30 km de Jérusalem, c’est-à-dire déjà au cœur de la Cisjordanie. Son accueil fut chaleureux et confiant, et la rencontre tourna autour de son incroyable parcours. Ce n’est pas un colon typique, mais il n’est pas sûr qu’il y en ait. C’est un colon tout court : quelqu’un qui vit dans une colonie (...) Lire 

quatre solutions un peu courtes pour comprendre le conflit israélo-palestinien

par

La gauche française, et plus encore l’extrême-gauche, adore le conflit israélo-palestinien. Elle s’y reconnaît, elle s’y déchire, elle s’y complexifie. Dans tous les cas, elle s’y engage. Du côté palestinien, pour la plupart, et la Palestine apparaît même alors comme la dernière cause et la dernière fidélité, à l’instar de Cuba pour les communistes. Du côté israélien aussi, parfois, pour les derniers sartriens ou pour les derniers traumatisés de la Shoah, et Israël apparaît alors comme la dernière bouée de (...) Lire 

israéliens, encore un effort si vous voulez être sionistes

par

Au nom de quoi un parti politique israélien pourra-t-il faire accepter à une majorité de sa population de payer le coût plancher d’une paix durable avec les Palestiniens, c’est-à-dire le démantèlement de la plupart des colonies, le partage de Jérusalem et une négociation sérieuse sur la question des réfugiés ? Il semble bien que le pragmatisme peu idéologique inauguré par les accords d’Oslo ait montré ses limites avec l’ultime naufrage de Barak. On ne peut pas espérer davantage, à rebours, que le Hadash, (...) Lire 

Tamar Gozanski, députée du Hadash

par

Mme Gozansky est la coqueluche d’innombrables Israéliens... et à peu près personne ne vote pour le Hadash : 80 000 électeurs en 1999, dont deux tiers d’arabes et un tiers de juifs. Des amis qui votent Likoud couvrent de louanges son honnêteté et ses actions humanitaires, avant d’ajouter : « bien entendu, elle est complètement folle ». Voilà le problème : pourtant avisé, lucide et modéré, son discours n’a pas prise sur l’écrasante majorité des Israéliens. La rencontre a tourné autour de la question de l’état (...) Lire 

Meir Buzaglo, universitaire en philosophie à l’université de Jérusalem

par

Spécialiste de Maïmonide et de philosophie analytique, Meir Buzaglo a été de sensibilité d’extrême-gauche au début des années 1970, dans le sillage de son frère engagé plus radicalement encore au Mafpen (groupuscule anti-sioniste dissout pour activités illégales). Il se définit aujourd’hui comme participant du « mainstream » , c’est-à-dire travailliste, avec une sympathie particulière pour certaines positions du Shas. Politiquement et personnellement, il a en effet opéré un retour prononcé au judaïsme (...) Lire 

Vacarme 15

Vacarme 15 / printemps 2001

Rédaction en chef Philippe Mangeot

Parution le 2 avril 2001 Édition Vacarme

Pages 116 ISBN 9782915547863

Diffusion en librairies Difpop

Diffusion numérique Cairn

Acheter

10,00 EUR