la ronde le projet du Grand Paris Express sur la gare de Clamart

par

Itinéraire prévu : entre 45 et 50 minutes

Départ à la gare de Clamart, avenue Jean-Jaurès. Avenue Jean-Jaurès. Rue de Fleury. À droite, franchissement des voies par le pont Calmette. Puis à droite, rue du Chemin-Vert. Rue du Clos Montholon. Au bout à droite, rue Larmeroux. Tout de suite à droite, prendre la rue de l’Avenir. Au bout de cette rue, à gauche, prendre la rue de Châtillon. Puis à droite, la rue du Docteur Georges-Lafosse. À gauche, Villa Eugénie-Drouet. Au bout à gauche, rue Clémenceau. Puis à droite, rue Aristide-Briand. À droite, rue Diderot. À gauche, Villa d’Arcueil. À droite, passer au-dessus des voies par la rue René-Coche. Revenir au point de départ en longeant les voies de l’autre côté, par la rue Paul-Vaillant-Couturier, la Villa Cacheux, l’allée Hoche, le boulevard Stalingrad, le boulevard des frères Vigouroux. Remonter à droite la rue Hébert pour retrouver l’avenue Jean-Jaurès et la gare de Clamart.

Raccourci possible : passer les voies rue Diderot. De l’autre côté, prendre la Villa Hoche sur la droite. Et retrouver le boulevard Stalingrad, le boulevard des frères Vigouroux. Remonter à droite la rue Hébert pour retrouver l’avenue Jean-Jaurès et la gare de Clamart.

La terre

C’est intéressant la terre des périphéries, la terre remuée, la terre à vif, la terre qui sort et qui apparaît alors qu’elle est d’habitude sous les pieds, cette terre là est faite, est-elle faite, cette terre là devrait contenir, contient-elle, cette terre, s’il y a encore de la terre, y a-t-il encore de la terre, on ne sait pas s’il y a encore de la terre ou si tout, tout a été tellement excavé, tellement bouleversé et soulevé et travaillé, tout a été remplacé, on a nettoyé la terre de ses fossiles, éclats, silex, poussières, petites jarres, foyers, pièces à conviction multimillénaires qui empoisonnent la construction de notre avenir, on les a chassés du sol avec les lombrics et collemboles, nématodes, rotifères et tardigrades qui fourmillaient autrefois à même la surface, à raison de 260 millions par m2 et maintenant qu’on a bitumé les sols, qu’on les a aplanis et réagrégés, de quoi sont faits les soubassements, comment tiennent nos fondations, sur quoi nous appuyons-nous si aucun être vivant, pas même la cellule, pas même le protozoaire, pas même la bactérie, ne peuvent trouver de quoi se nourrir, que reste-t-il dans la terre s’il n’y a pas de terre ?

Des dates / 1

Plusieurs dates ont été fixées
dans la mise en œuvre des travaux du Grand Paris Express
des dates non modifiables
non négociables
comme si on pouvait connaître à l’avance
les moments phares de notre avenir.
L’histoire en marche serait en grande partie écrite
avant même qu’on n’ait eu le temps de la vivre.

PMR (Personnes à mobilité réduite)

Le chef de chantier m’a montré l’entrée du tunnel
qui jusqu’au mois de mars dernier permettait de traverser la gare de Clamart
et de rejoindre Vanves et Issy-les Moulineaux.
 
Le chef de chantier a précisé que ce passage
qui permettait aux petites dames avec leurs caddies de faire leurs courses au marché
serait mis aux normes PMR
et je me suis demandé si les normes en question
exigeaient que ce soit toujours des dames petites et âgées
qui dans les banlieues parisiennes comme dans les villes moyennes
poussent les caddies pour faire les courses.
 
Quand les normes PMR et autres changeront-elles ?
 
Et tout en mastiquant cette question lancinante
j’ai continué à marcher en compagnie du chef de chantier
en essayant de calculer le nombre d’années qu’il faudrait
pour que des travaux de grande envergure
finissent par bouleverser de fond en comble nos manières de penser.

L’intégralité de cet article est actuellement disponible dans l’édition imprimée de Vacarme 87. Pour vous procurer un exemplaire, Vacarme est disponible en librairies, en ligne, par abonnement et sur Cairn.info.

Post-scriptum

Olivia Rosenthal est écrivaine. Ces extraits sont tirés d’une création sonore disponible en ligne : https://soundcloud.com/groupecreati.... Textes et voix de Olivia Rosenthal. Musique et arrangements sonores de Pierre Aviat.