Vacarme 22

hiver 2003

Vacarme 22

numéro épuisé

À nos lectrices et lecteurs

Ce numéro, Vacarme 22 (hiver 2003), est désormais archivé et tous ses articles sont accessibles dans leur intégralité. Vacarme aime la gratuité, mais une revue existe grâce à ces abonné·es. Abonnez-vous.

Un lieu

Pernambouc, Brésil

La réforme agraire racontée par ses acteurs. Loin des clichés héroïques, des hommes et des femmes présentent les nouveaux visages du Nordest brésilien. La tête haute.

Nous sommes devenus des personnes

par

« Réforme agraire » : un slogan mythique au Brésil. Au-delà du mot d’ordre et des images qu’il évoque, ni des masses anonymes, ni des héros, mais des hommes et des femmes aux parcours variés. Comment un processus qui mêle occupation illégale des grandes plantations de canne à sucre du Nordeste et redistribution de terres par l’État est-il vécu par ses acteurs ? Enquête et exposition sur un monde qui change.
Un dossier réalisé par Benoît de L’Estoile.
Le 27 octobre 2002, Lula, (Luis Inacio Lula da Silva) a (...) Lire 

Le monde de la canne à sucre

par

« On a tout le temps vécu dans la culture de la canne à sucre, alors… souvent, les compagnons quand ils chantent, ils chantent des chansons qui parlent de la canne à sucre, la musique qu’ils font est liée à la canne à sucre … à l’alcool, alors on essaie de changer cette culture pour une culture différente, on ne va plus chanter la musique du salarié de la canne, on va chanter la musique du petit producteur. » – Pedro Assunção, Serra d’Agua, septembre 1999
Depuis les débuts de la colonisation portugaise (...) Lire 

Les campements

par

« Mon épouse a dit : “Apolônio, où vas-tu ?” J’ai dit : je vais occuper la terre ; je ne peux pas rester les bras croisés, à mon âge, je ne trouve plus d’emploi pour travailler, je vais chercher une terre, maintenant le seul chemin est de chercher une terre. » – Apolônio (propos recueillis par Frédéric Viguier et Hernán Gómez), São João, septembre 1997
Depuis le milieu des années 1990, l’agro-industrie sucrière du Nordeste connaît une grave crise. Le relief du Pernambouc gêne la mécanisation, et les coûts de (...) Lire 

Espoirs et inquiétudes

par

Après l’expropriation et la prise de possession officielle par l’Etat, son représentant, l’INCRA, est chargé du contrôle de l’assentamento. Les bénéficiaires d’une parcelle doivent faire l’apprentissage des contraintes d’un nouvel univers. L’INCRA impose la création d’une association des bénéficiaires dirigée par un bureau, forme juridique nouvelle. Il faut apprendre les règles de la discussion collective, et le vote des décisions. La plupart des démarches sont bureaucratisées, notamment pour obtenir des (...) Lire 

Une maison en dur

par

«  Ma maison, je vais la faire grande. […] Il y a des gens ici qui veulent montrer ce que c’est que d’être quelqu’un. […] Et ma maison, je vais me battre. Demain je vais au collectif de construction. » – José Vieira, Minguito, 1999
Dans le cadre de l’aide apportée aux assentamentos par l’INCRA, les parceleiros bénéficient d’une subvention pour acheter les matériaux nécessaires à la construction de nouvelles maisons. Cela leur permettra d’habiter chez eux, dans une maison en dur, alors que la plupart ont (...) Lire 

Épilogue (novembre 2002)

par

En septembre 2000, un arrêté présidentiel a exclu du processus d’expropriation toute propriété faisant l’objet d’une occupation illégale, ce qui aboutit à rendre impossible les campements comme mode de revendication privilégié.
Ceux-ci ont alors été installés en bordure de la propriété visée, notamment sur les bords des routes fédérales, qui appartiennent à l’Etat. L’élection de Lula devrait à nouveau changer les règles du jeu.
En novembre 2002, les dirigeants syndicaux de Rio Formoso (eux-mêmes parceleiros) (...) Lire 

Pernambouc, Brésil
Vacarme 22

Vacarme 22 / hiver 2003

Rédaction en chef Philippe Mangeot

Parution le 13 janvier 2003 Édition Vacarme

Pages 124 ISBN 9782915547931

Diffusion en librairies Difpop

Diffusion numérique Cairn

numéro épuisé