Vacarme 34

hiver 2006

Vacarme 34

numéro épuisé

À nos lectrices et lecteurs

Ce numéro, Vacarme 34 (hiver 2006), est désormais archivé et tous ses articles sont accessibles dans leur intégralité. Vacarme aime la gratuité, mais une revue existe grâce à ces abonné·es. Abonnez-vous.

Manières

manières : avant-propos

Pour traiter des multiples manières de pratiquer la politique non gouvernementale, peut-être faut-il rappeler que celle-ci suppose l’existence et l’entretien d’un rapport plus ou moins tendu entre gouvernants et gouvernés ; rapport politique, qui peut comporter une part de violence et des formes de collaboration parfois étroite, mais qui exclut par principe tant la rupture que l’ajustement des deux termes — pour autant que cette rupture et cet ajustement soient même imaginables. Rappeler ce qui peut (...) Lire 

usagers de drogues : de l’irruption à l’invention

Le champ de l’usage de drogues se prête volontiers à deux caricatures symétriques : pour certains il serait le lieu obligé d’une intervention gouvernementale palliant, par la force de la loi ou la sollicitude de la médecine, l’incapacité des usagers de drogues à se conduire eux-mêmes ; pour d’autres il serait plutôt le lieu d’expression d’une marginalité à jamais hors-pouvoir, opposant une résistance farouche aux efforts pour la contenir. En bref, l’usager de drogues serait tantôt le gouverné par excellence, (...) Lire 

une histoire précaire

par

description
En France, plus de 100 000 personnes sont en 2005 usagers de traitements de substitution aux opiacés ? : 85 000 prennent chaque jour de la buprénorphine haut dosage (BHD, ou Subutex®, un agoniste-antagoniste supprimant le manque), plus de 13 000 de la méthadone (un opiacé de synthèse), et un peu moins de 3 000 ont droit aux sulfates de morphine. Enfin quelques centaines de personnes sont traitées au Dicodin® pour leur dépendance à la codéine, l’un des rares opiacés en vente libre en (...) Lire 

western urbain et invention démocratique

par

Réduire les risques liés à l’usage de drogues, c’est d’abord affirmer la primauté de la survie dans les enjeux de santé publique et mettre en évidence la nécessaire acceptation d’un hiatus entre ces enjeux et les stricts dispositifs légaux (soumis aux conventions internationales) qui encadrent l’usage de stupéfiants. Pourtant, à l’échelle locale des villes ou des quartiers, qui est celle à laquelle s’exerce nécessairement cette politique, décliner la réduction des risques c’est surtout la confronter à la (...) Lire 

Vacarme 34

Vacarme 34 / hiver 2006

Rédaction en chef Michel Feher & Gaëlle Krikorian

Parution le 9 janvier 2006 Édition Vacarme

Pages 204 ISBN 9782915547733

Diffusion en librairies Difpop

Diffusion numérique Cairn

numéro épuisé