Vacarme 26

hiver 2004

Vacarme 26

numéro épuisé

À nos lectrices et lecteurs

Ce numéro, Vacarme 26 (hiver 2004), est désormais archivé et tous ses articles sont accessibles dans leur intégralité. Vacarme aime la gratuité, mais une revue existe grâce à ces abonné·es. Abonnez-vous.

Éditorial

initiative

« Un ange vient, lorsque l’enfant n’est pas encore né. Il lui explique tout ce qui adviendra durant son existence, lui demande si, sachant cela, il accepte de venir au monde. S’il y consent, l’ange le frappe de l’index, efface ainsi de sa mémoire le souvenir de son futur. L’enfant peut maintenant naître. Sa vie durant il conservera, entre le nez et la bouche, un creux vertical de la largeur d’un doigt ». (Légende juive)
De l’initiative menée, à Genève, par des personnalités israéliennes et (...) Lire 

Entretien

George Chauncey

Avec l’auteur de « Gay New York », une histoire sociale des identités sexuelles et de leurs métamorphoses.

Chantier

refaire la grève

grève publique, grève privée

par

S’ils veulent combattre « l’alignement sur le privé », les salariés de la fonction publique doivent se garder de mimer, dans leur pratique de la grève, la posture du prolétariat : la différence des secteurs se joue aussi dans celle des luttes.
Juin 2003 : devant le stade vélodrome, à 12 Marseille, se tient un meeting intersyndical face à des milliers de grévistes, largement dominé par les salariés de la fonction publique et les syndicats. Ce sera le dernier temps fort du mouve­ment social, mais personne (...) Lire 

souvenir d’un employé du tertiaire

par

« François Rosset est statisticien », peut-on lire, sobrement, au dos de ses romans. Nous lui avons demandé, à ce titre, ce que l’on voit depuis de telles fenêtres, lorsque des cortèges ne parvient plus qu’une vague rumeur. Ou ce que l’on vit, lorsque la possibilité de la grève ne fait plus, dans son monde du travail, ni trouée, ni horizon.
Différences entre la grève et la manifestation. D’un côté la marche, le contentement à se glisser dans le vase d’expansion, de l’autre, l’arme au pied qui produira, (...) Lire 

compter les grévistes

par

La cause est entendue : la grève serait devenue un résidu archaïque des rela­tions sociales employé par des catégories « privilégiées » comme les cheminots ou les fonctionnaires. Ce discours fortement idéologique s’appuie, comme souvent, sur des chiffres, des statistiques qui font apparaître un déclin de la conflictualité sociale depuis le début des années 1980. Or une telle lecture est doublement partiale : elle suppose transparent l’outil Cstatistique, dont Sophie camard décrit les défauts dans le domaine (...) Lire 

à propos d’une courbe

par

La cause est entendue : la grève serait devenue un résidu archaïque des rela­tions sociales employé par des catégories « privilégiées » comme les cheminots ou les fonctionnaires. Ce discours fortement idéologique s’appuie, comme souvent, sur des chiffres, des statistiques qui font apparaître un déclin de la conflictualité sociale depuis le début des années 1980. Or une telle lecture est doublement partiale : elle suppose transparent l’outil statistique, dont Sophie Camard décrit les défauts dans le domaine (...) Lire 

la chaîne et les cahiers

par

De la discipline d’atelieraux transformations de la classe ouvrière, de la contestation des syndicats traditionnels à la naissance de l’opéraisme, de l’automne 69 aux années de plomb, la lutte sociale de l’après­guerre italien se joue à l’usine Fiat. Jusqu’au point de butée : en septembre 1979, une grève manquée en préfigure d’autres, en Angleterre, aux États-unis ou ailleurs. les années 1980 sont nées en Italie.
Chez FIAT, depuis la Libération, les ouvriers vivent sous un climat extrêmement répressif, dans (...) Lire 

bloquer les routes

par

Devenant piquete, le vieux piquet de grève change de continent, d’usage et de mains : en Argentine, ce sont les chômeurs qui arrêtent le travail, s’y forgent une identité, sollicitent et contestent l’intervention de l’état, tentent une échappée au-delà des luttes spécifiques.
Décembre 2001 : le peuple argentin est dans la rue, casseroles à la main. Ce formidable mou­vement populaire est alors interprété comme le signe du renouveau de l’engagement politique dans une société assoupie par dix ans de (...) Lire 

tenere la piazza

par

Le mouvement de grève déclenché, en 2002, à Vicenza (italie) donne à la précarisation des migrants un sens politique neuf : celui d’un tort fait aux travailleurs, obligeant à redessiner l’identité ouvrière.
« Une manifestation très particulière, différente de celles du mouvement ouvrier, des familles entières présentes, des slogans inédits et une façon nouvelle de manifester » (Maurizio Ricciardi, Tavolo migranti dei social forum italiani) Le 15 mai 2002, une grève et une manifestation pertur­bent (...) Lire 

La grève des écoliers

par

Publié, en 1976, dans la revue les révoltes logiques, ce texte traite d’une lutte ancienne, mineure et ephémère, oubliée parce que la mémoire ouvrière ne pouvait en tirer ni levier, ni emblème. Il traite aussi de la manière dont, huit ans après mai 68, les souvenirs des mouvements lycéens et étudiants s’effaçaient un peu plus à chaque rentrée scolaire. Qu’est-ce qu’une grève qui fait date ? Et que faire des autres, quand la grande histoire fait défaut ?
La grève a commencé à l’école catholique de Sainte Marie (...) Lire 

Cahier

frères le nain

par

Que signifie être frères ? Ou plutôt, le rester : choisir le même métier, de l’exercer ensemble, et de n’apparaître que sous un seul nom. Dans leur peinture, les frères Le Nain semblent dire quelque chose de leur fratrie.
Nous avons tous deux vies : La vraie, qui est celle que nous avons rêvée dans notre enfance… La fausse, qui est celle que nous vivons dans le commerce des autres.
Les Le Nain, peintres, étaient trois frères, nés à Laon au tournant des XVIe et XVIIe siècles : Antoine, suivi de Louis, (...) Lire 

un blind test pour Elephant

par

Dans un trimestriel, l’actualité de ce qui sort au cinéma ou passe à la télévision s’inscrit avec un léger retard. Ce décalage peut être la bonne vitesse. Parce qu’il offre hauteur et recul ? Parce qu’il permet au contraire de prendre en compte, en même temps qu’un film, la rumeur publique et critique qui n’a pas cessé de l’escorter. Premier essai avec Elephant, film-monstre.
Revenir aujourd’hui sur Elephant ? À quoi bon, si c’est pour en chanter après tout le monde la beauté sans laisser résonner autour (...) Lire 

plaies exclusives

par

Autour du conflit israélo-palestinien s’affrontent deux lectures du mal, dont la compétition ravage le débat intellectuel français. comme s’il importait d’abord, non de lutter contre l’intolérable, mais d’en promouvoir sa propre vision.
Les débats que soulève le conflit israélo-palestinien ne sont assurément pas nouveaux : pour l’essentiel, les argumentations et les accusations échangées datent de 1967, même si la signature des accords d’Oslo les a un temps assourdies. Il reste que depuis leur grand retour (...) Lire 

Vikash Dhorasoo

par

Il ne s’est rien passé. Il ne s’est rien passé depuis les championnats du monde d’athlétisme. Envoyer un courrier à Vikash Dhorasoo.
C’est vrai, j’aimerais bien parler avec Vikash Dhorasoo. On pourrait parler mais je ne pourrais rien demander. Vikash Dhorasoo est un footballeur qui incite à la répétition parce que c’est délicieux d’écrire Vikash Dhorasoo. Il est d’origine mauricienne et il joue au football à Lyon. Il est réputé pour être l’intellectuel du football français. Son entraîneur Paul Le Guen (...) Lire 

carnet italien (2)

par

25 août, dimanche.
Impruneta, chez Parronchi. Malade (pneumonie (broncopolmonita bilaterale DIFFUSA, proclame Nara à ses amies d’un ton d’émerveillement triomphant), sans doute une clim mal filtrée du Japon qui me lance sa flèche du Parthe), je me repose en lisant — les Fleurs du Mal, que j’ai l’impression de découvrir dans l’étendue de leur sagesse, de leur justesse *.
* Rechercher la lettre de Baudelaire à Toussenel sur l’intelligence poétique comme l’intelligence la plus précise, même au sens (...) Lire 

Niente

par

Pour des raisons de mise en page, cette contribution est disponible uniquement en pdf. Lire 

dialogue entre l’adolescent et l’homme

par

Pour Michel Valensi
Ce que dit l’adolescent : Je sens en moi deux hommes, un qui veut le plaisir, l’autre le bien. Comme je satisfais tantôt l’un, tantôt l’autre, ma vie est partagée.
Ce que dit l’homme : Mais le bien est-il agréable ou non ?
L’adolescent : Certes, sans quoi il ne serait pas le bien.
L’homme : Et le plaisir qu’est-ce que c’est ?
L’adolescent : C’est la possession des choses plaisantes.
L’homme : Quand tu as donné satisfaction à ton « je » qui veut le plaisir, il ne te manque donc (...) Lire 

cancun, un échec et après ?

par

Nouveaux participants, nouveaux objets, nouvelles contestations : à Cancun, l’OMC a buté sur ses propres mutations. Sans qu’on puisse dire qui sort vraiment vainqueur, tant demeure ouverte la question de la régulation du commerce mondial.
En septembre dernier s’est tenue à Cancun une nouvelle conférence interministérielle de l’Organisation Mondiale du Commerce. Elle s’est soldée par un échec, c’est-à-dire que les pays représentés sont repartis sans avoir signé d’engagement collectif. Que s’est-il passé ? (...) Lire 

comme un lundi

par

La suppression annoncée du lundi de Pentecôte, mélange d’ardeur idéologique et d’incohérence économique, risque fort d’amener le gouvernement , non seulement à se contredire, mais à illustrer la versatilité de ses principes libéraux.
« L’avenir de la France n’est pas d’être un immense parc de loisirs » (Jean-Pierre Raffarin, le 21 septembre 2003). « Notre prospérité viendra d’abord du travail plutôt que des loisirs. Combien de dizaines de points de base de croissance en plus si chaque Français troquait une (...) Lire 

cerf-volant

par

Cher ami,
Permets-moi de te donner quelques nouvelles : elles ne sont pas luxueuses, peu coûteuses, quoi que les rédiger me fatigue. J’avais gardé des ressources pour toi. Les autres ne sont que des asticots. Notre amitié mérite cette franchise. Tu n’aimeras peut-être pas. Tu te doutes de ce que je vais dire. Je ne tiens pas à te surprendre. Ni à te choquer. Ni à certifier notre amitié. Oublions mes intentions, j’en suis privé. C’est pour cela que je m’adresse à toi. Ciel ouvert où pourrait figurer un (...) Lire 

escargot / d’où

par

La route est barrée depuis bientôt six mois, avec un panneau d’interdiction de stationner. Des camions à pistons viennent soulever les voitures dans leurs sangles et les emportent. Il est très tôt, tout le monde dort. Je ne me souviens plus. Faut-il prévenir quelqu’un ? La route est barrée pour des travaux qui ne commencent pas. Sauf le panneau. L’escargot doux roule en coque. Le sol, sous ses jupons charnus, lui donne ses aspérités. Il chemine en baisant les pentes, les creux, les escarpements. (...) Lire 

Rébus

par

une journée dans la rade / 5

par

Et comme je n’ai plus d’armée Maudrechine est mon soldat, mon vendeur de colifichets, mon manifestant, mon délibérant, ma reine fertile, mon talent officiel. À ce point énigmatique que l’on croit à tort que mes gouvernements s’inscrivent en faux par rapport à lui.
Visages huilés de mes ministres... Grâce soit rendue à ces milliers de choses dues, à ces petits mouvements, ces toiles tissées puis déposées chaque jour, qui forment un épais tapis ; à ces manoeuvres et à ces gestuelles, ces approches dont je (...) Lire 

fenêtre, porte et façade

par

Le ciel est à réorganiser à chaque rayon lumineux d’oxygène. L’homme de sable et de gravier se lève de son champ pour aller bétonner avec. Face aux instruments ménagers, des heures durant, qu’un coup de sifflet réglementaire maîtrise en les débranchant. L’animal porcin qui le plus souvent simule se consomme de la tête à la queue. Ce scaphandre équivaut donc à l’os intermaxillaire, en plus cartilagineux certainement. En appuyant sur la touche endormissement, il est loisible d’enregistrer sans en subir la perte (...) Lire 

la voix de jean-luc

par

Écrire sur une voix. mieux : la faire entendre. Dresser un portrait à travers elle. ou plutôt : faire le portrait de cette voix. Un pari de musicien. Et la première d’une série de chroniques à lire à voix haute.
Jean-Luc Nancy n’est pas seulement une des très grandes voix de la philosophie d’aujourd’hui (accentuer le est). Jean-Luc Nancy a (accentuer le a) une voix. Faire son portrait ce serait d’abord faire entendre sa voix. On sait la tâche impossible. Une voix, toute voix, est indescriptible. Plus (...) Lire 

la vie ou la bourse : de l’innovation thérapeutique à l’accès aux médicaments

la vie ou la bourse

par

Deux dates : avril 2001, 39 multinationales du médicament renoncent, en cours de procès, à leurs poursuites contre le gouvernement sud-africain. Novembre 2001, l’OMC proclame la déclaration « Santé publique et propriété intellectuelle ». Le début possible d’une autre ère.
Quelques années auparavant, une bataille pour l’accès aux copies de médicaments dans les pays en développement s’était engagée — une bataille qui opposait les malades aux compagnies pharmaceutiques. Les premiers, privés de l’accès à des (...) Lire 

« paradigme du monopole »

par

La recherche et le développement
De 1930 à 1970, la recherche pharmaceutique est en pleine effervescence. Dans les colonies, l’exposition d’Européens à des pathologies absentes ou rares dans leurs pays d’origine (paludisme, trypanoso-miase, bilharziose, lèpre, onchocercose) suscite une intense recherche médicale et pharmaceutique : les services de médecine tropicale, notamment dans les hôpitaux militaires, se développent et sont chargés d’identifier l’origine des maladies et de découvrir de nouveaux (...) Lire 

Un lieu

cliniciens de l’origine

cliniciens de l’origine

par

Si nous nous sommes rendus à l’hôpital universitaire de Lausanne pour rencontrer François Ansermet et ceux avec qui il travaille sur les biotechnologies attachées à la périnatalité, c’est parce que ce travail noue de façon singulière, dans la clinique, médecine et psychanalyse. Cette clinique est celle des biotechnologies liées à la procréation et aux opérations chirurgicales précoces des enfants pseudo-hermaphrodites. Elle permet de saisir les effets subjectifs incalculables qui découlent de ces (...) Lire 

au service des PMA

par ,

L’hôpital universitaire de Lausanne. Derrière, les cimes déjà un peu enneigées, devant, le lac. Une ville dans la ville. Une citadelle de 1200 lits où travaillent chaque jour 5 392 employés.
Dans le service des procréations médicalement assistées, les couloirs sont encore vides. Sur un tableau noir contre le mur, un dessin d’enfant à la craie est resté : un grand animal énigmatique et une maison. Il est tôt. Avec nous, François Ansermet, psychanalyste, psychiatre d’enfants, Marc Germond, (...) Lire 

le chas de l’aiguille

par ,

« Ainsi la légende que la peinture s’est faite de sa propre origine — l’histoire grecque de la jeune fille qui trace sur le mur le contour de l’ombre de son fiancé partant pour la guerre — ne doit pas être comprise comme une parabole de la représentation. Cette fille ne cherche pas à reproduire, pour se la remémorer, l’image de celui qui ne sera plus là : mais elle fixe l’ombre, la présence obscure qui est là dès que la lumière est là, le double de la chose — de toute chose — et son fond invisible, que la (...) Lire 

Vacarme 26

Vacarme 26 / hiver 2004

Rédaction en chef Philippe Mangeot

Parution le 12 janvier 2004 Édition Vacarme

Pages 116 ISBN 9782915547979

Diffusion en librairies Difpop

Diffusion numérique Cairn

numéro épuisé